mardi 6 mai 2008

Contactologie (18 novembre 2007,rue des amandiers, Paris XXe)

trace_feuille

La Ressemblance par contact, dernier opus de Georges Didi-Huberman, dissèque, analyse, conceptualise sur l’empreinte, ses significations et ses apparitions dans l’art. Tout cela est très brillant mais ne m’apporte aucune réponse quant à la nature de mes empreintes de feuilles.
Résumons : un jour d’automne, des feuilles sur un trottoir. Rien à redire là-dessus. C’est la saison. Le lendemain, plus de feuilles sur le trottoir mais en guise de survivance, ces empreintes qui disparaîtront à leur tour au bout de plusieurs jours. Très mystérieuses feuilles spectrales. Très précises, précieuses et éphémères empreintes.
Au début du mois d’avril dernier, la vénérable maison Sotherby’s a retiré d’une vente pour complément d’expertise une image qui pourrait bien bouleverser tout ce que l’on sait de l’histoire de la photographie. Car excusez du peu, cette image pourrait bien être la plus ancienne photographie connue à ce jour. Très précisément, il s’agit d’un dessin photogénique, empreinte obtenue par contact d’un objet sur une surface sensible. On estime que la feuille d’arbre ainsi reproduite aurait plus de deux siècles. Vertigineux mais toujours aucune explication pour mes empreintes de feuilles très photogéniques.

Posté par olympe olivier à 17:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Contactologie (18 novembre 2007,rue des amandiers, Paris XXe)

Nouveau commentaire