dimanche 16 décembre 2007

Chevaux échappés (rue Beauvau, Marseille, 01 novembre 2007)

chevauche_e_marseille_copie

C’est une belle journée d’automne à Marseille. Soleil chaud. Étonnamment chaud. Là, sur le trottoir de la rue Beauvau, à deux pas de l’opéra, des autocollants apposés au sol. Une multitude de chevaux disposés en spirale. D’autres chevaux comme échappés de la spirale plus loin sur le trottoir. Je ne les ai pas comptés. J’imagine celui qui a fait ça. Qui a choisi ce trottoir-ci plutôt que celui-là ; qui a commencé à coller, un par un, cheval après cheval, réussissant à force de patience et de concentration à donner un rythme à cette installation éphémère. Les gens passent, marchent sur cette chevauchée. Chaque pas contribuera à la faire disparaître peu à peu. Les gens passent, ne voient pas. Ne s’étonnent pas. Je m’arrête pour prendre la photo. Alors les gens qui passent s’intéressent et regardent. Les gens s’étonnent.
Comment ai-je réglé mon appareil ? Je ne sais pas, mais la photo sortira toute bleue. Obligée de la passer en « faux » noir et blanc pour que cela ressemble à quelque chose.
« Chevaux échappés » est la traduction française du titre d’un roman de Yukio Mishima. Rien à voir mais j’y pense en prenant la photo. Ai-je lu ce livre ? Je ne sais plus.

Posté par olympe olivier à 14:39 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Chevaux échappés (rue Beauvau, Marseille, 01 novembre 2007)

    les chevaux du souvenir

    Comme toujours, belle photo et beau message. Poésie.

    Posté par yanik, mercredi 19 décembre 2007 à 22:35 | | Répondre
  • olympe

    court après les chevaux ?

    Posté par mz 3, dimanche 20 avril 2008 à 22:34 | | Répondre
Nouveau commentaire